Pavillon Philips, exposition internationale de 1958, Bruxelles, Belgique, 1958
Le bâtiment fait état de voiles "paraboles-hyperboles" qui, jusqu'ici, n'avaient pas eu à répondre à des tâches de cette nature. Les parois sont constituées de dalles gauches coulées sur sable au sol d'une dimension approximative de 1 m 50 de côté. Ces dalles ont 5 cm d'épaisseur; elles ont été montées au moyen d'un échafaudage volant intérieur et sont soutenues par un double réseau de câbles de 8 mm d'épaisseur tendus sur des directrices cylindriques de béton fortement armé. Tel est le principe de la structure. Le poème électronique de Le Corbusier au Pavillon Philips est la première manifestation d'un art nouveau : "Les Jeux électroniques", synthèse illimitée de la couleur, de l'image, de la musique, de la parole, du rythme.

Extrait de Le Corbusier, Oeuvre complète, volume 6, 1952-1957
fleche_left
fleche_right
Pavillon Philips, exposition internationale de 1958, Bruxelles
© FLC/ADAGP
1/10
Pavillon Philips, exposition internationale de 1958, Bruxelles
© FLC/ADAGP
2/10
Pavillon Philips, exposition internationale de 1958, Bruxelles
© FLC/ADAGP
3/10
Pavillon Philips, exposition internationale de 1958, Bruxelles
© FLC/ADAGP
4/10
Pavillon Philips, exposition internationale de 1958, Bruxelles
© FLC/ADAGP
5/10
Pavillon Philips, exposition internationale de 1958, Bruxelles
© FLC/ADAGP
6/10
Pavillon Philips, exposition internationale de 1958, Bruxelles
© FLC/ADAGP
7/10
Pavillon Philips, exposition internationale de 1958, Bruxelles
© FLC/ADAGP
8/10
Pavillon Philips, exposition internationale de 1958, Bruxelles
© FLC/ADAGP
9/10
Pavillon Philips, exposition internationale de 1958, Bruxelles
© FLC/ADAGP
10/10