Aménagement de la porte Maillot, Paris, France, 1929
M. L. Rosenthal avait organisé à cette époque un concours entre quelques architectes pour exploiter les terrains de Luna-Park qu'il avait l'intention d'acquérir. Son désir était de constituer là un centre de l'automobile, tout en aménageant la sortie ouest de Paris, au point de liaison de l'avenue de la Grande Armée et de l'avenue de la Défense.

La ville de Paris avait l'intention, de son côté, d'aménager cette zone en place de la Victoire: un monument devait rappeler la mémoire du Maréchal Foch. Cet aménagement devait constituer une porte monumentale à Paris. C'était le désir exprimé par M. L. Rosenthal telle est la raison des deux gratte-ciel prévus à cette occasion. En effet, nous avons toujours prétendu que les gratte-ciel, en principe, ne devaient pas être élevés en périphérie d'une ville, mais, au contraire, en son centre. Cette étude a toutefois donné l'occasion d'aborder de très près divers problèmes urgents et de natures diverses.

1° - Une distribution rationnelle de la circulation en un point capital de Paris. Cette distribution est assurée par des différences de niveau qui permettent d'obtenir un classement parfait, tant pour la circulation que pour les stationnements de voitures.

2° - La construction de gratte-ciel: leur structure, leur ensoleillement, leur esthétique. Ce sont des problèmes entièrement neufs.

3° - L'amorce d'une "Ville Verte". Ces quartiers devaient montrer comment i1 est possible d'éloigner définitivement la rue des maisons et d'établir progressivement le principe de la transformation de Paris en "Ville Verte".

On nous a toujours reproché d'être des théoriciens et d'émettre des idées qui ne pourraient trouver de réalisation véritable; c'était ici l'occasion de prouver, au contraire, que sous n'importe quel prétexte, il est possible, avec des points de doctrine solides, d'appliquer immédiatement les solutions efficaces et définitives, capables d'être étendues, dans l'avenir, au reste de la ville.

4° - Un problème d'esthétique monumentale : dessiner un monument à la mémoire de..., mettre ce monument en contact avec la foule et le situer dans le paysage de Paris. Ici, deux solutions ont été préconisées que l'on peut voir dans les différents dessins. Une, où l'allusion au Maréchal Foch n'est faite que par le moyen d'une stèle dominée par un engin de guerre; l'autre, montrant le Maréchal mort, sous un linceul, sans commentaire et sans emphase.

A méditer: M. Léon Rosenthal avait fait un effort intéressant ; toute cette affaire fut tenue sous le boisseau; mais, une année après, un concours municipal, plus ou moins limité aux gens bien en place, remettait en question le problème de la place Maillot et donnait lieu à la création de portes triomphales, d'avenues triomphales, de monuments innombrables aux Maréchaux, etc., etc...., et désignait des lauréats qui, dès que les événements le permettront, trouveront l'occasion de réaliser une "bonne moyenne" des idées ayant eu cours avant eux.

Extrait de Le Corbusier et Pierre Jeanneret, Oeuvre complète, volume2, 1929-1934
fleche_left
fleche_right
Aménagement de la porte Maillot, Paris
© FLC/ADAGP
1/4
Aménagement de la porte Maillot, Paris
© FLC/ADAGP
2/4
Aménagement de la porte Maillot, Paris
© FLC/ADAGP
3/4
Aménagement de la porte Maillot, Paris
© FLC/ADAGP
4/4