Réorganisation agraire, ferme et village radieux, Sans lieu, 1938
L'établissement des types d'immeubles est rigoureusement rationnel, leur disposition est dictée par des règles de circulation et par les plus justes raisons de contiguïtés et d'attitude architecturale

Cette étude, entreprise depuis de longues années et poursuivie sans arrêt, a permis (après la proposition précise de "Ferme Radieuse") d'arrêter les cadres du village coopératif français. Celui-ci a été étudié pour la Sarthe. Il va de soi que selon les usages et les climats des différentes provinces françaises, tout peut être adapté à des nécessités locales impératives. Les documents ici reproduits faisaient partie de l'importante manifestation : au Pavillon des Temps Nouveaux à l'Exposition Internationale de Paris en 1937. On trouvera une documentation utile sur cette question dans "Des Canons, des Munitions, merci... Des Logis, s. v. p. !" paru aux Editions de l'Architecture d'Aujourd'hui à Boulogne sur Seine. en septembre 1938, et dans le livre "Logis et Loisirs, 5e Congrès CIAM de Paris 1937", paru aux mêmes éditions.

Le village coopératif prend sa place en France, dans les régions où la culture du sol - par suite de la topographie, du régime, des eaux, etc. - ne peut se faire que par l'effet des fermes familiales répandues sur le territoire. C'est alors l'organisme commun régulateur de la vie campagnarde: le silo pour maîtriser la production, le ravitaillement pour maîtriser l'achat.Viennent ensuite des organes aujourd'hui traditionnels : la mairie, l'école, la poste. Enfin les organes nouveaux d'une nouvelle vie paysanne : le club avec ses sports. Enfin, le signe d'une mise au point raisonnable de l'organisation domestique : l'immeuble locatif apportant les bienfaits des "services communs". La technique de construction des futurs villages coopératifs est la clef de voûte de la solution économique. La ferme ("La Ferme Radieuse"), le village coopératif doivent être conçus sur des standard d'éléments de construction métallique. Cette construction en grande série doit être faite dans les ateliers de la métallurgie; c'est là l'un des programmes essentiels de l'industrie métallurgique: le rééquipement des campagnes, fermes et villages. La construction est donc prévue en tubes d'acier, sous forme d'une ferme standard en voûte aplatie. Cette ferme, par un coffrage amovible, reçoit une coquille de béton armé qui est elle-même recouverte de terre, plantée d'herbe et d'arbustes. Ainsi la nouvelle architecture agraire apparaîtra dans la sveltesse de ses voûtes élégantes, recouvertes de verdure se liant au paysage ambiant.

Extrait de Le Corbusier, Oeuvre complète, volume 3, 1934-1938
fleche_left
fleche_right
Réorganisation agraire, ferme et village radieux, sans lieu
Photo : Albin Salaün
© FLC/ADAGP
1/12
Réorganisation agraire, ferme et village radieux, sans lieu
© FLC/ADAGP
2/12
Réorganisation agraire, ferme et village radieux, sans lieu
© FLC/ADAGP
3/12
Réorganisation agraire, ferme et village radieux, sans lieu
© FLC/ADAGP
4/12
Réorganisation agraire, ferme et village radieux, sans lieu
© FLC/ADAGP
5/12
Réorganisation agraire, ferme et village radieux, sans lieu
© FLC/ADAGP
6/12
Réorganisation agraire, ferme et village radieux, sans lieu
© FLC/ADAGP
7/12
Réorganisation agraire, ferme et village radieux, sans lieu
© FLC/ADAGP
8/12
Réorganisation agraire, ferme et village radieux, sans lieu
© FLC/ADAGP
9/12
Réorganisation agraire, ferme et village radieux, sans lieu
Photo : Albin Salaün
© FLC/ADAGP
10/12
Réorganisation agraire, ferme et village radieux, sans lieu
Photo : Lucien Hervé
© FLC/ADAGP
11/12
Réorganisation agraire, ferme et village radieux, sans lieu
Photo : Lucien Hervé
© FLC/ADAGP
12/12