Communiqué après l'incendie du 9 février 2012

Les habitants de l’Unité d’habitation Le Corbusier à Marseille viennent de vivre un traumatisme douloureux, l’incendie le 9 février dernier d’une partie de l’immeuble qui compte 337 appartements, un hôtel, des commerces, une école maternelle, des bureaux et équipements divers. Cet événement a été très largement couvert parles différents médias, tant pour l’importance du sinistre que pour la notoriété de l’édifice, l'un des plus prestigieux de l’architecte Le Corbusier, commandé par le ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme comme un immeuble exemplaire et expérimental (1947-1952).

L'Unité d’habitation Le Corbusier est un immeuble de grande hauteur (IGH) recevant du public (ERP). En tant que tel il est soumis à des procédures de contrôles et mises aux normes régulières.Ces normes sont en évolution constante et de nombreux travaux de mise en conformité pour la sécurité ont été réalisés aux frais des copropriétaires et avec l’aide de l’état et des collectivités territoriales. L’immeuble bénéficie d’un avis favorable de la commission de sécurité.

Les différents représentants de la co-propriété et de ses habitants - conseil syndical, associations des habitants et des commerçants, syndic Foncia - ont tenu à rédiger le présent communiqué de presse après ces jours difficiles.
  • Neuf appartements et trois chambres d’hôtel ont été détruits par le feu et trente quatre appartements ainsi que trois autres chambres d’hôtel endommagés par les fumées et l’eau.
  • Après une totale évacuation des habitants de l’immeuble (environ 1 200 habitants au total), tout a été mis en œuvre pour assurer la réintégration des 2/3 Nord de l’immeuble le mercredi 15 février en collaboration avec les services de la ville de Marseille et de la Sécurité civile.
  • Cent quinze appartements et locaux professionnels situés en partie Sud ne pourront être réintégrables avant plusieurs semaines ou mois en fonction de l’étendue des sinistres. De nombreuses commissions d’experts doivent avoir lieu avant toute annonce précise.
  • La commission de sécurité s’est prononcée favorablement pour la reprise des activités de la zone commerçante et professionnelle de l’immeuble.
  • Jusqu'à nouvel ordre, l’école maternelle est transférée à l’école Saint-Giniez voisine. La co-propriété, en collaboration étroite avec les services municipaux, est déjà à l’œuvre pour assurer le retour des écoliers dans les meilleures conditions possibles (sécurité incendie, réseaux, chauffage).
  • L’inertie thermique du bâtiment conjuguée aux conditions climatiques difficiles n’a pas permis d’atteindre la température de 18° Celsius nécessaires à un retour confortable des habitants en début de semaine. Des moyens de chauffage additionnels sont actifs depuis le mardi 14 pour accélérer le processus.D’importants moyens de nettoyage sont déployés afin de permettre aux habitants de retrouver des parties communes propres.
  • Plusieurs réunions se tiennent régulièrement avec les résidents sinistrés de la partie sud et ceux non sinistrés de la partie nord afin de les tenir informés du déroulement du processus de réintégration et de reconstruction.
  • L’enquête en cours relative aux causes du sinistre ne permet absolument pas d’affirmer qu’un chauffage d’appoint est à l’origine du feu.

Les habitants ne peuvent que se féliciter de l’élan de solidarité qui se manifeste à toutes les étapes du déroulement de cet événement douloureux. À un an de l’échéance de "Marseille 2013, Capitale européenne de la culture",nous comptons sur le soutien et la solidarité de tous pour que notre immeuble, l'un des sites les plus visités de la ville et de réputation internationale,retrouve son intégrité et sa dignité.
fleche_left
fleche_right
Communiqué après l'incendie du 9 février 2012
Photo : Paul kozlowski
© FLC/ADAGP
1/1