Menu
Billeterie

Aménagement du Paquebot Île-de-France

Sans lieu, 1936

  • Aménagement de Paquebot Ile de France
    © FLC/ADAGP
Aménagement de Paquebot Ile de France
© FLC/ADAGP

Depuis le chapitre « Des yeux qui ne voient pas… I- Paquebots » de Vers une architecture on connaît l’attirance particulière que Le Corbusier voue aux paquebots. Les représentations nombreuses de l’Aquitania, du France ou du Lamoricière sont la marque de cet intérêt. Le Corbusier est séduit par ces constructions « à échelle humaine. vastes et intimes » où le « contraste des pleins et des vides, des masses fortes et des éléments graciles » confère une dimension unique à ces architectures flottantes.

Les quelques esquisses conservées ne peuvent pas être rattachées de façon certaine à une étude précise. On sait pourtant qu’en mars 1936, Le Corbusier entreprend un projet d’ « aménagement d’appartements de luxe du paquebot « Pasteur », remplaçant de l’ « Atlantique » ». Sur le continent, il demande à Raoul Dautry, alors directeur général des Chemins de fer et à George Huisman, directeur général des Beaux-Arts d’intervenir en sa faveur auprès de la Compagnie des Chargeurs Réunis. Pour mettre toutes les chances de son côté et infléchir le choix de la compagnie navale, Le Corbusier use de son carnet d’adresse sud américain et demande à Paulo da Silva Prado, Monteiro de Carvalho, Victoria Ocampo, Enrico Bullrich de soutenir son projet, en vain.

L’idée que Le Corbusier se fait de l’aménagement des paquebots diffère sensiblement de celui des voyageurs habituels, Pour lui, il ne faut pas tenter de créer l’illusion du palace terrestre, il s’est rendu compte de « l’erreur qu’il y a à vouloir faire croire au voyageur qu’il n’a pas quitté terre ». II faut penser une « hôtellerie flottante ». Le Corbusier puise et évoque fréquemment ses nombreuses traversées transatlantiques pour théoriser sa vision des paquebots.

Tardivement, en 1953, Le Corbusier tenta, par l’entremise de son ami l’avocat Gabriel Chéreau, d’entrer en contact avec Jean Marie, président de la Compagnie générale transatlantique. II espérait se voir chargé de la construction d’un super-liner, le « super-paquebot LE CORBUSIER ». Dans cette optique, Le Corbusier envisage de bâtir une « sculpture navale » dans laquelle il pourrait loger 2 000 personnes. II établit un parallèle fort avec ses récentes Unités d’habitation et sa mesure du Modulor qu’il croit adaptée aux paquebots car « applicable universellement à l’Architecture et à la Mécanique ». 

Le seul plan connu n’est pas un plan de l’atelier du 35 rue de Sèvres, il s’agit d’une affiche bien connue qui servit de publicité à la Cunard Line pour son prestigieux Aquitania.

 

  • Aménagement de Paquebot Ile de France
    © FLC/ADAGP
  • Aménagement de Paquebot Ile de France
    © FLC/ADAGP
  • Aménagement de Paquebot Ile de France
    © FLC/ADAGP
  • Aménagement de Paquebot Ile de France
    © FLC/ADAGP