Menu
Billeterie

Palais des Nations Unies

New-York, États-Unis, 1947

  • Palais des Nations Unies, New-York
    © FLC/ADAGP
Palais des Nations Unies, New-York
© FLC/ADAGP

INFOS PRATIQUES

Projet non réalisé

Après avoir accompli une mission importante au sein de la « Commission du Site » pour l’installation du siège des N. U. aux Etats Unis, Le Corbusier avait été dès janvier 1947 désigné comme l’un des dix experts, chargés d’élaborer les plans de construction du palais lui-même, celui-ci devant être élevé sur l’East River à New York. Ayant appris à connaître les défaillances toujours possibles des rouages dans la Headquarter’s Site commission de l’organisation, ainsi que les aléas de la diplomatie, Le Corbusier prit immédiatement l’avion et arriva à New York le 25 janvier, c’est-à-dire deux mois avant l’arrivée des autres experts. Le lendemain même de son arrivée, après une conversation décisive avec Harrison, architecte américain et son ami de longue date, il commençait l’étude du palais sur l’emplacement de l’East River. Au 21e étage du RKO Building, un atelier de dessin de l’ONU se constituait pour l’établissement du projet. Le carnet de poche, un « sketch-book », dont la première feuille commence le 26 janvier 1947 comporte jusqu’au mois d’avril près de soixante pages couvertes de dessins. II montre la marche de la création du palais et son adaptation intime au site qui lui est assigné sur l’East River. Ce carnet est un véritable exposé de biologie architecturale. II disparut un jour à Boston… pendant deux années, de 1948 à 1950; subitement retrouvé là-bas, il a réintégré les archives de Le Corbusier à Paris, complétant la masse imposante de documents que celui-ci a dessinés et rédigés de ses propres mains avant l’arrivée des experts et après, documents qui permettront un jour d’apporter une contribution authentique à un point d’histoire de l’évolution de l’architecture moderne.

Le mieux que l’on puisse faire, dans le présent ouvrage, c’est, peut-être, de reproduire la feuille imprimée recto-verso qui fut distribuée aux membres de l’ONU, invités à un cocktail-party à l’atelier Le Corbusier au mois de décembre 1948 lors de la Session des Nations Unies à Paris au Palais de Chaillot, et au moment même où les Affaires Etrangères de Paris posaient officiellement une question au Secrétaire Général de l’ONU sur la manière dont Le Corbusier avait été éloigné de la réalisation de la construction du Palais sur l’East River. On donne également ici la photographie de la Maquette 23A qui servit de base aux travaux du Comité des Dix Experts pendant trois mois. Cette Maquette 23A provoqua des propositions collectives ou individuelles des experts, mais exclusivement sur des modalités de groupement des trois types de bâtiments fournis par le Corbusier, c’est-à-dire le Secrétariat (un gratte-ciel de 200 mètres de haut), le bloc des Commissions et Assemblées Générales, et enfin, l’annexe future des « Special Agencies ».

Cette naissance d’une architecture des temps modernes, à la réalisation de laquelle Le Corbusier ne fut pas convié et qui fit sa première apparition sur l’East River sous une forme qui permettait toutes les observations et même toutes les réserves, remonte d’ailleurs aux études antérieures de Le Corbusier; dès 1922, lorsque dans « La Ville Contemporaine de Trois Millions d’Habitants » il créa ce qu’il appela le « Gratte-ciel Cartésien », type nouveau de bâtiment moderne qu’il perfectionna de plus en plus au cours des années, par exemple à l’occasion des plans d’Alger, d’Anvers, de Barcelone, de Buenos Aires, etc… Une forme presque définitive du gratte-ciel apparaissait déjà en 1939 sur le Bastion 16 à Alger, dont la grande maquette à 1:100 se trouve au Musée des Colonies à Paris. En 1936 déjà, une première réalisation intervenait sur les plans établis en commun avec l’équipe brésilienne à Rio de Janeiro pour le Ministère de l’Education Nationale et de la Santé Publique : le bâtiment proposé tout d’abord par Le Corbusier quittait le terrain exigu qui lui était assigné à l’intérieur de la Cité d’Affaires pour aller se mettre en bordure du champ d’aviation, bâtiment allongé, dont tous les éléments, toute la biologie interne était déjà clairement déterminés. Le terrain convoité n’ayant pu être accordé, le bâtiment fut reporté sur son terrain précédent, provoquant alors une métamorphose de la solution : le bâtiment des bureaux (le Secrétariat lui-même) prit la verticale au lieu de l’horizontale, avec ses pans de verre, ses brise-soleil (appliqués pour la première fois à cette occasion), sa distribution intérieure, etc., etc.

La question ici évoquée des grands bâtiments administratifs avec travail quotidien dans les Secrétariats et travail intermittent dans les Grandes Commissions et Assemblées Générales, est un problème contemporain : il se renouvelle en ce moment-ci à Paris avec la construction du Palais de l’UNESCO. De tels problèmes rassemblent l’effort intense des artistes et des techniciens en vue d’une solution harmonieuse d’une part, et d’une technicité impeccable d’autre part. Sont en jeu non seulement les problèmes d’esthétique mais ceux de la respiration de l’éclairement, et ils sont essentiels. Ils doivent répondre aux exigences scientifiques mais aussi s’appuyer sur les donnés climatiques. Et c’est ici que l’architecte doit savoir inventer.

Extrait de Le Corbusier, Oeuvre complète, volume 5, 1946-1952

  • Palais des Nations Unies, New-York
    Photo : Lucien Hervé
  • Palais des Nations Unies, New-York
    © FLC/ADAGP
  • Palais des Nations Unies, New-York
    © FLC/ADAGP
  • Palais des Nations Unies, New-York
    © FLC/ADAGP
  • Palais des Nations Unies, New-York
    © FLC/ADAGP
  • Palais des Nations Unies, New-York
    © FLC/ADAGP
  • Palais des Nations Unies, New-York
    © FLC/ADAGP
  • Palais des Nations Unies, New-York
    © FLC/ADAGP
  • Palais des Nations Unies, New-York
    Photo : Lucien Hervé
  • Palais des Nations Unies, New-York
    © FLC/ADAGP
  • Palais des Nations Unies, New-York
    © FLC/ADAGP
  • Palais des Nations Unies, New-York
    © FLC/ADAGP
  • Palais des Nations Unies, New-York
    © FLC/ADAGP
  • Palais des Nations Unies, New-York
    © FLC/ADAGP
  • Palais des Nations Unies, New-York
    © FLC/ADAGP
  • Palais des Nations Unies, New-York
    © FLC/ADAGP