Menu
Billeterie

Aéroclub de Doncourt

Doncourt-lès-Conflans, France, 1951-1954

La commande

C’est grâce à l’intermédiaire de son ami le député et résistant Philippe Serre que Le Corbusier hérite, en 1951, d’une commande singulière : l’édification du Club-House de l’Aéro-club du bassin de Briey, à Doncourt-lès-Conflans.

Quelques années auparavant, en 1938, Le Corbusier avait reçu de Philippe Serre, alors Sous-secrétaire d’Etat au Travail du Gouvernement Blum, la commande du Centre scientifique de la main-d’œuvre (CSMO) et le Centre d’étude du travail (CET).

Cette fois-ci, ce nouveau bâtiment a vocation à remplacer une première auberge de jeunesse/club d’aviation populaire, construite par Jacques Ogé en 1938 et détruite en 1944. Au printemps 1951, Le Corbusier est ainsi chargé, en association avec les architectes Jacques et Bernard Ogé (fils du premier), ainsi que le constructeur Jean Prouvé, d’établir les plans et d’achever la reconstruction de ce bâtiment.

Aéroclub de Doncourt © FLC / ADAGP / Pierre Maurer, LHAC / URCAUE Lorraine
Aéroclub de Doncourt © FLC / ADAGP / Pierre Maurer, LHAC / URCAUE Lorraine

Le projet

Pour cet aéro-club, Le Corbusier distille indications et prérogatives auprès d’Ogé et de Prouvé. Le premier choix est de réaliser ce bâtiment aux dimensions du Modulor.

Par souci d’efficacité, Le Corbusier part du catalogue des pièces en série Prouvé, au sujet duquel il est dithyrambique. Ce bâtiment se présente comme deux coques en aluminium (type aile d’avion), placées dos à dos et prenant appui sur le même mur longitudinal en pierre. La partie en double hauteur, ouverte vers l’aérodrome, constitue l’espace public, l’autre, d’hauteur moindre, étant réservée à l’usage privé.

Les intérieurs sont dotés d’un dortoir de 16 lits, d’un cabinet de toilettes et de douches, de salles de séjour, d’une chambre à coucher, d’une salle destinée au chef pilote, ainsi que celle pour les moniteurs, sans oublier la cuisine, le bar et le restaurant. Les façades nord et sud disposent d’une surface largement vitrée (conçue en verre armé). Le bureau de contrôle, situé en avant du bâtiment principal, représente une petite structure tout en arrondi.

Les couleurs choisies par Le Corbusier pour ce projet sont une « terre cuite », un gris foncé, un gris clair, un terre d’ombre naturelle ainsi qu’un bleu clair. Initialement Fernand Léger devait réaliser les intérieurs mais il n’en sera rien.

Si cette production n’est pas un objet architectural révolutionnaire de la construction du monde aéronautique, elle aura permis à Le Corbusier et Jean Prouvé de voir une réalisation commune se réaliser, et ce pour la première et unique fois, en dehors de l’escalier de l’Unité d’Habitation de Marseille.

Aéroclub de Doncourt © FLC / ADAGP / Pierre Maurer, LHAC / URCAUE Lorraine
Aéroclub de Doncourt © FLC / ADAGP / Pierre Maurer, LHAC / URCAUE Lorraine

Le devenir de l’aéroclub

Ce bâtiment, après être tombé dans l’oubli, est redécouvert en 1980. Il bénéficie depuis avril 1999 d’une inscription partielle au titre des Monument historique (façades, toitures, structures portantes, cheminées). Il faut attendre 2011-2013 pour qu’une réhabilitation soit conduite. Depuis, l’édifice est dédié à la location.

  • Aéroclub, Doncourt
    © FLC/ADAGP
  • Aéroclub, Doncourt
    © FLC/ADAGP
  • Aéroclub, Doncourt
    © FLC/ADAGP
  • Aéroclub, Doncourt
    © FLC/ADAGP
  • Aéroclub, Doncourt
    © FLC/ADAGP
  • Aéroclub, Doncourt
    © FLC/ADAGP
  • Aéroclub, Doncourt
    © FLC/ADAGP
  • Aéroclub, Doncourt
    © FLC/ADAGP
  • Aéroclub, Doncourt
    © FLC/ADAGP
  • Aéroclub, Doncourt
    © FLC/ADAGP