Menu
Billeterie

Barrage

Bhakra, Inde, 1955-1963

« Mes idées sont dans ma tête et non pas exclusivement sur les aiguilles de ma montre. C’est toute l’expérience de ma vie que j’ai apporté à Bhakra Dam. J’ai fait un travail considérable, intellectuel, technique, manuel pendant plusieurs années à Chandigarh pour répondre à l’urgence du chantier de Bhakra Dam. »
Lettre de Le Corbusier à D.P. Nayar, le 25 janvier 1958

La commande

Ce projet que l’on nomme « barrage de Bhakra » est en réalité plus complexe puisqu’il comprend à l’origine une imposante digue apposée à un lac de retenue de plus de 100 km2 voué à l’irrigation d’une partie du Punjab, mais aussi deux usines électriques ainsi que des logements destinés au personnel du barrage.

Le Corbusier est sollicité en 1955 comme architecte conseil d’un barrage situé dans l’état de l’Himachal Pradesh, situé à 100 kilomètres au Nord de Chandigarh et dont la construction est initiée en 1948.

À cette première commande s’en ajoute une seconde, le 17 novembre 1955, du Premier Ministre Nehru qui, lors du lancement du chantier, propose de couronner la construction d’un monument commémoratif, pour rendre hommage aux nombreux ouvriers impliqués ou morts durant ce gigantesque chantier.

Suite à cette première commande, le Premier ministre Nehru demande, dans un courrier du 17 novembre 1955, la construction d’un monument commémoratif pour rendre hommage aux nombreux ouvriers impliqués ou morts durant ce gigantesque chantier.

Barrage à Bhakra © FLC / ADAGP
Barrage à Bhakra © FLC / ADAGP

Le projet

C’est P.L. Varma, ingénieur en chef du Punjab, qui demande à Le Corbusier d’intervenir sur le barrage de Bahkra. Pour Le Corbusier, c’est une opportunité de s’attaquer à ce type de bâtiment dont il parle avec intérêt dans certains ouvrages des années vingt tels qu’Urbanisme ou l’Almanach d’architecture moderne. 

Prenant à cœur ce chantier, Le Corbusier proposera des aménagements supplémentaires auxquels l’administration indienne ne donnera pas suite, que ce soit la réalisation d’un monument couronnant le haut du barrage ou une passerelle de promenade permettant aux visiteurs de bénéficier d’un point de vue unique sur le barrage. Pour finir son œuvre, Le Corbusier a imaginé une Main Ouverte, similaire à celle prévue pour la fosse de la Considération de Chandigarh, qui serait venue faire le lien entre le haut du barrage, l’eau et le ciel. Dans les versions les plus ambitieuses du projet, on retrouve les plans d’un musée, une cafeteria, un hôtel, un centre touristique et même un club sportif…

À partir de 1958, Le Corbusier pense également l’accès au barrage, pour maintenir une harmonie paysagère mais là aussi il rencontre des résistances, d’abord des ingénieurs qui se sentent dépossédés de leur construction, puis des autorités qui mesurent aussi les coûts supplémentaires de telles opérations.

Barrage à Bhakra, plan, détail © FLC / ADAGP

Le devenir du barage

Le barrage est inauguré le 20 octobre 1963, en l’absence de Le Corbusier qui regrette de ne pas avoir été invité.

L’ouvrage est toujours en activité aujourd’hui.

  • Barrage, Bhakra
    © FLC/ADAGP
  • Barrage, Bhakra
    © FLC/ADAGP
  • Barrage, Bhakra
    © FLC/ADAGP
  • Barrage, Bhakra
    © FLC/ADAGP
  • Barrage, Bhakra
    © FLC/ADAGP
  • Barrage, Bhakra
    © FLC/ADAGP
  • Barrage, Bhakra
    © FLC/ADAGP
  • Barrage à Bhakra, plan, détail © FLC / ADAGP
    Barrage à Bhakra, plan, détail © FLC / ADAGP
  • Barrage, Bhakra
    © FLC/ADAGP
  • Barrage, Bhakra
    © FLC/ADAGP
  • Barrage, Bhakra
    © FLC/ADAGP
  • Barrage, Bhakra
    © FLC/ADAGP
  • Barrage, Bhakra
    © FLC/ADAGP
  • Barrage, Bhakra
    © FLC/ADAGP
  • Barrage, Bhakra
    © FLC/ADAGP
  • Barrage à Bhakra, plan, détail © FLC / ADAGP
    Barrage à Bhakra, plan, détail © FLC / ADAGP