Menu
Billeterie

Villa Besnus

Vaucresson, France, 1922-1923

« On s'aperçoit qu'en architecture, on peut aussi faire de la spéculation plastique ; on peut faire de bonnes ou de mauvaises affaires "plastiques". »
Le Corbusier, Œuvre complète

La commande

Cette maison est une commande du critique d’art Georges Besnus (1864 – 1950) connu également sous le pseudonyme de Georges Denoinville.
Il découvre le travail de Le Corbusier au Salon d’Automne de 1922, où est exposée une maquette de la maison Citrohan.
Le Corbusier propose à son client un terrain avenue de Reille à Paris, où sera construite ultérieurement la maison-atelier Ozenfant, puis un terrain à Auteuil et enfin une parcelle bon marché, en pente, à Vaucresson.

Villa Besnus © FLC / ADAGP
Villa Besnus © FLC / ADAGP

Le projet

Le Corbusier présente en 1923 à Besnus deux avant-projets qui varient uniquement par l’emplacement du bloc de l’escalier et des fenêtres. Le Corbusier avait également proposé une maison sur pilotis qui aurait répondu aux futurs problèmes d’infiltration de la construction.
Pour compléter les croquis et les plans, Le Corbusier réalise une maquette en plâtre, exposée au Salon d’Automne de 1924.

La maison est composée d’un garage au rez-de-chaussée, d’un premier étage comprenant une cuisine, une salle à manger, un salon et une bibliothèque séparés par une cheminée et des casiers fixes en béton. Le salon possède une hauteur de plafond de 2,85 m et peut faire office d’atelier. On trouve au second étage la chambre, le boudoir et la salle de bain installée au centre.

Les façades présentent une disposition asymétrique. La façade sur jardin est composée de fenêtres en longueur et du bloc escalier avec des fenêtres verticales en retrait. La façade sur rue est constituée d’une passerelle au-dessus de la porte d’entrée donnant sur les fenêtres de la cage d’escalier. Elle est complétée par un bow-window au-dessus de la porte du garage.

Georges Besnus et sa femme semblent apprécier leur maison et lui donnent le nom de Ker-Ka-Ré. Mais dès le début de leur installation en janvier 1924, Madame Besnus se plaint de l’humidité importante dans l’escalier, le garage et le séjour. Les diverses malfaçons dues, en partie, à l’inexpérience des entreprises pour ce type de nouvelles constructions, provoquent des fissures et des infiltrations. Georges Besnus et sa femme quittent la maison dans les années 1930.

Villa Besnus © FLC / ADAGP

Le devenir de la villa

Cette maison fut ensuite modifiée et agrandie. Des magasins sont installés au rez-de-chaussée, la passerelle et le bow-window sont supprimés et le toit terrasse non-accessible est recouvert par un toit à quatre pans.

  • Villa Besnus, "Ker-Ka-Ré", Vaucresson
    © FLC/ADAGP
  • Villa Besnus, "Ker-Ka-Ré", Vaucresson
    © FLC/ADAGP
  • Villa Besnus, "Ker-Ka-Ré", Vaucresson
    © FLC/ADAGP
  • Villa Besnus, "Ker-Ka-Ré", Vaucresson
    © FLC/ADAGP
  • Villa Besnus, "Ker-Ka-Ré", Vaucresson
    © FLC/ADAGP
  • Villa Besnus, "Ker-Ka-Ré", Vaucresson
    © FLC/ADAGP
  • Villa Besnus, "Ker-Ka-Ré", Vaucresson
    © FLC/ADAGP
  • Villa Besnus, "Ker-Ka-Ré", Vaucresson
    © FLC/ADAGP
  • Villa Besnus, "Ker-Ka-Ré", Vaucresson
    © FLC/ADAGP
  • Villa Besnus, "Ker-Ka-Ré", Vaucresson
    © FLC/ADAGP
  • Villa Besnus, "Ker-Ka-Ré", Vaucresson
    © FLC/ADAGP
  • Villa Besnus, "Ker-Ka-Ré", Vaucresson
    © FLC/ADAGP